YERA ET LÉONILDE – « LA FRANCE A UN INCROYABLE TALENT »

« C’est un rêve qui se réalise »

Yera et Léonilde sur le plateau de «La France a un incroyable talent»
Marie ETCHEGOYEN/M6

Une semaine après le passage réussi de la Tap Company OR, de Nyon, deux danseurs vont encore représenter la Suisse dans le concours d’M6. Yera, 20 ans, de Lausanne, et Léonilde, 23 ans, qui vit à Genève, tenteront de convaincre le jury formé de Marianne James, Hélène Ségara, Éric Antoine et Sugar Sammy mardi 10 novembre 2020.

Comment êtes-vous arrivés dans «La France a un incroyable talent»?

Yera: Cela fait déjà trois ans que nous sommes en contact avec l’émission. Les deux premières années, nous n’avons pas été pris. 2020 a été la bonne.

Qu’attendez-vous de votre participation?

Léonilde: Notre rêve est de faire une carrière commune. Nous avons aussi envie de nous faire remarquer à l’étranger. Représenter la Suisse à «La France a un incroyable talent», c’est un rêve qui se réalise. Nous voulons vivre de la danse, fonder notre compagnie, avoir nos projets à nous. Nous avons beaucoup de choses en tête, mais le coronavirus en a bloqué pas mal.

Quelles sont vos inspirations?

Léonilde: Ce que nous vivons au quotidien, dans notre vie et en tant que couple.

Yera: Pour l’émission, ce qui nous a inspirés, c’est la relation à distance que nous avons vécue durant une année quand je suis partie à Madrid pour la danse. C’était hyper dur, parce que nous aimons beaucoup danser ensemble.

Vous avez préparé un numéro exprès pour «La France a un incroyable talent»?

Léonilde: Oui, nous n’habitons pas tous les deux (ndlr: Yera est à Zurich la semaine, où elle étudie, et à Lausanne, chez ses parents, le week-end), mais nous nous sommes confinés ensemble et nous avons profité de cette période pour créer plein de choses, dont une pièce pour l’émission.

Que représente la danse pour vous?

Yera: C’est ma passion depuis que je suis toute petite. Danser avec Léonilde, c’est une façon de nous exprimer.

Léonilde: La danse, c’est toute ma vie. Mes parents sont danseurs, j’ai commencé très tôt. C’est devenu un style de vie. Danser avec Yera, c’est le plus grand des bonheurs, parce que je partage quelque chose avec la personne que j’aime et c’est encore mieux que de le faire tout seul.

Vous étiez stressés avant de vous présenter devant le jury?

Yera: Oui, parce que c’était la première fois que je participais à un programme télévisé. Parler devant les jurés, faire des interviews devant des caméras, c’est totalement autre chose que de faire un spectacle. Nous étions stressés, mais c’était un bon stress.

Léonilde: J’avais déjà pris part à «Alors, on danse?», sur la RTS, en 2017, mais c’est quand même autre chose d’arriver dans «La France a un incroyable talent». La pression est plus grande.

Le parcours des danseurs valaisans Dakota et Nadia, qui étaient arrivés en finale de l’émission en 2018 et qui ont participé à «La bataille du jury»en 2020, vous donne envie?

Yera: Oui, ce sont des amis et nous adorons ce qu’ils font, Comme eux, nous aimerions avoir une carrière commune, faire nos spectacles et que l’émission nous ouvre des portes.

Vous ont-ils donné des conseils?

Léonilde: Nous leur avons demandé comment ça s’était passé, quelle avait été leur expérience, mais rien de plus. Nous n’avons pas eu énormément de temps pour discuter de ce sujet.

#lfauit #dance #lafranceaunincroyabletalent La France à un Incroyable Talent 2020 | Yera & Léonilde @yerandleonilde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *